brisedemeaux « 2″

Bienvenue sur mon blog

 

les mahonnais « 3″ 21 mai, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:19

Aprés le passage de l’eau et grâce aux rayons d’un chaud soleil,les feuilles des légumes semblaient reverdir et prndre du volume , à vue d’oeil….s’ajoutait la bonne odeur des tomates.Excitées par une chaude humidité , elles exprimaient leur plaisir en diffusant un parfum particulier qui dominait……Les feves trouvant l’eden atteignaient une telle hauteur que les enfants tout en restants debout pouvaient se dissimuler et poursuivre un parcours dans des tunnels de verdure qui les faisaient voyager dans le pays du rêve et de l’imaginaire ……Puis le retour,ivres de soleil , de saine fatigue , ivres de bonheur , mon grand-pére sa sape sur l’epaule à la maison . une maison qui avait su garder sa fraicheur les volets fermés dés le matin et ouverts en « grands » , protegés par une moustiquaire…….(à suivre)

 

 

les mahonnais « 2″ 19 mai, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:36

L’outil de predilection de mon grand-pére etait , pour cultiver son jardin ,une pioche dite « sape » munie d’un manche ayant une courbure particuliere , la partie métallique n’etait pas large mais permettait de retouner le sol , de sarcler et surtout de tracer dans cette terre meuble de magnifiques rigoles qui servaient à l’irrigation du jardin. Mon grand-pére , comme tous ses compatriotes maitrisait avec art cette pratique…….Branchées sur une saignée principale , deux ou trois autres etaient perpendiculairement et parallelement alignées . Ainsi elaborées sur un terrain parfaitemntt nivelé , grace à cette « sape » irremplaçable , l’on pouvait planter tomates , aubergines feves etc……..Quel bonheur lorsque on ouvrait la bonde du reservoir alimenté par l’eau de la noria autour de laquelle tournait un infatigable mulet. Joyeuse , l’eau libérée se repandait avec mille contorstions dans les rigoles s’eclairant au contact des rayons du soleil . la sape temperait la vitesse du courant dans certaines trop gourmandes , mon grand-pére la maniait avec adresse en la couchant barrant partiellement le passage du liquide.
( à suivre) Ch. Violard

 

 

les mahonnais 17 mai, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:53

Je viens de lire une brochure ecrite par Guy Tudury, un descendant de ces courageux minorquins dits « mahonnais ».Il relate avec precision leur histoire.Chassés de leur ile par la misere et pour certains,la conscription , laquelle leur inspirait une sainte horreur . J’ai ressnti de la fierté en constatant que mon grand-pére paternel,Emile Violard, normand et journaliste etait cité par Tudury pour la description qui’il avait faite de ce peuple , sobre , honnête , travailleur et solidaire .Même une double fierté par le fait que mes grands-parents maternels etaient d’anciens mahonnais….(cette emigration aboutissait en algerie) Et brusquement surgirent certains souvenirs chassés par les contraintes de la vie quotidienne peut-être aussi parce que j’entrevois là , en un horizon tout proche,le port qui annonce la fin de mon periple…..Ch. Violard ‘àsuivre »

 

 

Matin d’automne 14 avril, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 10:39

Vent violant , volets gémissants , pluie frappant les carreaux resistants ,et encore vent hurlant. Oiseaux ballotés en de fantastiques envolées et les passants affolés retenants leurs pépins retournés ,pataugeants , les pieds mouillés et les feuilles dorées , dans les coins violemment entassées et moi dans mon lit douillet , chaudement recroquevillé : vil égoiste sans pitié
Charles Violard

 

 

Amour et Jalousie (7) 26 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:27

Conscient du danger , « L’Amour » demanda à « La Sagesse » d’intervenir .aussitôt , celle-ci prit ses armes , accompagnée par « Le Bon Sens », lui-même en compagnie de la multitude de « Bons Sentiments » traversa le ciel d’un bleu et or magnifique , avec une étonnante célérité ……Et il se livra un terrible combat : Tour à tour le ciel s’embrasait dans lequel apparaissaient de sinistres éclairs et de noirs nuages , puis la nuit bleutée parvenait à reprende le dessus……Et cela dura des heures , jusqu’au petit matin!…..Quand le calme fut revenu , Louis et Mariette se tenaient la main epuisés , les deux demoiselles avaient disparues . « L’Amour » triomphant s’était rendu maître des lieux et faisait régner son ordre …….Fin . CH . Violard .

J’attribue à la jalousie des défauts qu’elle ne mérite peut-être pas . Est-ce une réaction normale à une trahison ?

 

 

Amour et Jalousie (6) 25 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:14

Une violente secousse saisit Louis, le tira de sa bienheureuse léthargie : C’etait la « médisance »qui se manifestait …..Que souffla t’elle à l’oreille de celui-ci ? Avec son art de pratquer le trouble et la confusion ? L’amoureux indecis essayait de résister au venin qui envahissait son esprit peu à peu……Pour accelerer le résultat de sa mauvaise action ,la « médisance »demanda du renfort . la « jalousie » lui envoya le « mensonge » , qui aussitôt pratiqua son art satanique en tantant de s’emparer de l’esprit de Jeanette et egalement celui de Ginette .Celles -ci ne purent resister au fait d’evoquer la légéreté des moeurs de Mariette et de ses nombreux amants ! Selon leurs dires et avec une laide et vulgaire expréssion , seul le train….etc.(à suivre) Ch.Violard

 

 

Amour et Jalousie (5) 21 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:50

Là haut , dans le ciel , s’organisait une grande bataille…..L’amour avait reuni ses troupes : Leurs tenues de combat baignées par les rayons du soleil ami , renvoyaient de magnifiques reflets dorés : Il y avait en premier lieu la sagesse ,le bon sens , la fougueuse passion , la tendresse et une multitude de bons sentiments prets à intervenir au premier ordre donné…..

La jalousie à courte distance , dans le feu et les éclairs qui zébraient de noirs et gris nuages , accompagnés du bruit ininterompu et infernal du tonerre, rassemblait ses troupes:La haine et son amie la méchanceté , la medisance , le mensongeet une multitude de mauvais sentiments , préts à accomplir leur méchante besogne . La Jalousie declancha en premier les hostilités en dépechant vers la terre la médisance . celle-ci sans se faire prier s’empara de ses armes , puis disparut avec un horrible rictus dans le chaos .(à suivre) Charles Violard

 

 

amour et Jalousie (4) 17 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:01

Louis par son attitude dénuée de tout artifice et par son regard brillant , donnait à Mariette le gage de la sincérité de son sentiment…..Mariette pétrifiée , ne pouvait cacher avec quelle puissance le trait de feu tiré par l’amour l’avait également atteinte……Comprenant que le beau Louis leur echappaitGinette et Jeannette mirent toutes leurs force à detruire le climat de rêve et à dissiper le petit nuage rose qui enveloppait les deux jeunes gents……..Les sarcasmes firents place aux rires : Ils visaient mechamment les deux tourtereaux . Ceux-ci etaient impuissants à réagir…..Le javelot d’airain de la jalousie avit fait son oeuvre! . Charles Violard (à suivre)

 

 

Amour et Jalousie (3) 16 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:34

Haut dans le ciel , l’amour disparu……Tout s’obscurcit , de sombres nuages envahirent le site , refletants l’effrayante clarté des éclairs et renvoyants l’echo du grondement satanique du tonerre . Ailes déployées , la jalousie , virevoltant avec aisance dans cet enfer, son visage grimaçant apparaissant furtivement éclairé par des éclats de lumiere , cherchait de par son javelot d’airain à atteindre sa proie . Brusquement son bras se replia et se tendit : avec un sifflement insoutenable , un trait de feu traversa les nuages qu’il embrasa et disparu danss le chaos . (à sujvre ) Charles Violard

 

 

Amour et Jalousie (2) 15 mars, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:36

Rêveuse , Mariette assise sur la derniére marche de l’escalier de sa maison savourait la relative fraicheur de la nuit suite à une chaude journée de juillet et observait distraitement le va et vient des passants le long de la rue qui bordait sa maison…..Brusquement , son attention fut attirée par des rires et des cris qui troublaient l’apaisante sérenité de l’obscurité .C’était Ginette et Jeannette avec le beau et grand Louis…… Celui-ci , en seducteur accompli n’avait aucune peine à provoquer l’excitation de ses demoiselles……..le groupe arriva à la hauteur de mariette.
Celle-ci ressentit un grand choc : un trait brulant qui traversait son coeur…….Louis cessa de se « dresser sur ses ergots » et ses « cocoricos se turent » , les rires queques peu aigus de ses demoiselles egalement . Mariette croisa son regard avec celui de louis et elle entendit la musique des anges . Charles Violard (à suivre)

 

1...34567
 
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
arsyliv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke
| Le jeux Lyrique