brisedemeaux « 2″

Bienvenue sur mon blog

 

vie éphémére 24 décembre, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:50

Ah! vie éphémére , bouquet de roses
Arrête ta course , fais une pose
Permets un regard vers le passé
Jai de tes épines açérées
Oublié le venin , les déchirures
Oublié la douleur de tes blessures
Et n’ai conservé en mon coeur
Que le souvenir de l’éclat de tes fleurs

Ah! vie éphémére ; capitaine implacable
D’un vaisseau à la route traçée
D’un vaisseau à la route immuable
Aux voiles à jamais gonflées
Par le vent intraitable de la destinée
J’usqu’à l’ultime port , par elle désignée
Ch. Violard

 

 

LE PETIT BOIS 27 novembre, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 10:19

Le petit bois , par ce bel aprés midi d’ octobre , dèja bien avancè , avait pris cette couleur à dominance dorée dont une multitude de nuances s’offrait à nos regards emerveillés et reconnaissants . nous cheminions lentement. Je sentais la tiedeur de ton corps sur le mien , les mots prononcès , impuissants à exprimer les sentimentset et les sensations qui envahissaient nos coeurs et nos corps , avaient fini par laisser place à un silence eloquent : il nous permettait de percevoir cette inéffable douceur qui nous etreignait . Parfois à la sortie d’un passage plus sombre , en raison de branchages qui s’entremêlaient au dessus de nos têtes , d’un coup le soleil apparaissait et c’etait une explosion de lumiere , de joie qui nous laissaient aneantis de bonheur ! Puis assez rapidement , la temperature baissait au fur et à mesure que le grand astre disparaissait , et nous ramenais à une realite qui mettais à l’enchantement .
ou es-tu belle Amie ? tu vois , je n’ai pas oubliè………..Ch. Violard

 

 

le cauchemar de Mariette (2) 19 août, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 7:53

Donc Mariette se dréssa sur son seant
Apres avoir emi un cri angoissant
Cette réalité peu à peu éclaira son esprit
Que d’un vilain cauchemar , elle était sortie
Lentement la néfaste agitation céssa
Et dans le sommeil à nouveau sombra
Comme de coutume invoqua
Sa reine de la nuit , la fée Vendicta
Aussitôt celle ci apparut en un halo doré
Le glaive d’une main , l’index pointé
Elle promit à la pauvrette un avenir éclatant
D’ou le balai et la vaaisselle seraient absents!
Bonnes gens êtes-vous septiques?
ou meme grandement ironiques
Fates taire vos hatives critiques
Et ecoutez cette fin hautement poétique
Car ta prediction fée vendicta
Apres quelques années s’affirma
Et Mariette devint une star du cinéma
FIN CH. Violard
Osez ne pas y croire amis lecteurs !…..

Obliger certains ados à pratiqur des tâches ménageres
Dont la contrainte dépasse les obligations auxquelles une
saine éducation leur donne droit , c’est choquant……
Osez y croire Amis lecteurs ! …….

 

 

le cauchemar de Mariette 8 août, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:01

Mariette sur son lit , allongée
Suite à sa longue et épuisante journée
sombrait dans une bienfaisante inconscience ouatée
Mais son bourreau maudit
en dragon s’etait travesti
et la narguait en soufflant le feu
par tous ses orifices fumeux
Son tyran , l’ami de ses souffrances :
le fer à repasser , son ennemi abhorré
Accompagné d’assiettes à laver
Graisseuses et sales à souhait
De cuilleres , couteaux , qui cliquetaient
Et qui autour du monstre tournoyaient….
Et ce vilain balai qui battait la mesure
entrainant une gigue faites d’horribles figures
Et dominantce vacarme insensé
La voix impitoyable , d’un pére dénaturé
Qui ordonne de nouvelles tâches à éxecuter
A la pauvre Mariette épouvantée
Qui sur sa couche nerveusement s’agitait
Prise par une angoisse insoutenable
Sentit en un éclair que sa tête eclatait
et poussa un long cri epouvantable
(à suivre)…..Ch. Violard

 

 

jeannot Lapin (4) 11 juillet, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:36

Peu à peu , jeannot lapin reprit peu à peu ses esprits . sa nature optimiste l’aida en la circontance et une petite faim le poussa , outrepassant les craintes provoquées par la violente diatribe d’Ombelline , à se diriger vers le semis de Marcel le jardinier. Employant au maximum son savoir faire de rusé lapinou pour parvenir à ses fins……Puis il continua à honorer avec vigueur sa passion reproductrice pour la perennité de l’espece . Il evita avec prudence , d’invoquer les theocrates qui ne pouvaient , en l’occurence , ne lui provoquer que des ennuis…….Ces theocrates , eux mêmes impuissants à modifier l’equilibre impitoyable de cette mysterieuse nature . Et jeannot malgre tous les dangers qui entouraient son espace de vie , vécut de nombreuses années , heureux malgré tout . Fin…….. Ch. Violard

 

 

jeannot Lapin (3) 10 juillet, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 9:56

Après le rapide départ du lapinou suprême , comme annoncé , apparut aussitôt un cône rouge feu surmonté d’une masse verte violemment agitée en tous sens par le souffle de la passion: C’etait Ombelline la carotte suprême , la plus virulente des adversaires de lapinou suprême…..Illico,celle-ci se dechaîna: Que faisais tu jeannot , ce matin , avant que les deux molosses te prennent en charge ? Avoues que tu te regalais en croquant mes jeunes congéneres nées depuis quelques semaines du semis de Marcel le jardinier. Les pauvrettes se trouvaient sans défense,à ta merci ! En as-tu profité , n’est-ce pas ? les fanes verdissaient au sombre et semblaient donner une force accrue aux paroles d’Ombelline , Jeannot en etait tout retouné et son coeurqui battait à tout rompre , menacait de s’arrêter. C’etait la premiere fois qu’une carotte lui coupait ainsi l’appetit . Il attendit la fin de la furieuse tirade pendant un temps qui lui sembla durer une éternitè ,Ombelline vitupera et excerça son talent oratoire sur la difficulté pour les ombelliféres pour se reproduire…..Puis le cauchemar cessa tout à coup : un trait rouge et vert qui disparut vres l’horizon ( à suivre ) Ch. Violard

 

 

Jeannot Lapin (2) 8 juillet, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 9:43

Rêve ou réalité ? jeannot vit apparaitre , resplandissant de lumiére , le Lapinou Suprême , le dieu des lapins qui aussitôt lui lança écartant ses pattes , comme le ferait un avocat plaidant une cause : Mon pauvre jeannot , lui dit’il , je reviens d’une reunion ayant eu lieu sur le sommet de l’olympe oû se trouvait la theocratie universelle . j’ai plaidé la cause des lapins brimés decimés , pourchassés etc….En vain …….Chauds lapins sont les lapins m’a t’on rétorqué et si nous laissions leur passion s’épanouir, notre planéte deviendrait un désert oû la moindre pousse verte aurait disparue……Je t’envoie d’ailleurs un « alter ego » dont la façon de voir les choses est pour le moins que l’on puisse dire tout a fait à l’opposé de la vision des lapinous……Bon courage mon jeannot ………. (à suivre) Ch. Violard.

 

 

Jeannot Lapin (1)

Classé dans : Non classé — violard @ 0:05

Jeannot lapin tout appeuré aprés une course folle , au cours de laquelle , il avait reussi à semer grace à mille ruses , les deux enormes chiens qui le pousuivaient depuis un certain temps , dont les aboiements inferneaux le pénétaient jusqu’aux entrailles. se….Tapit au fond d’un buisson epineux et reprit peu à peu son calme …….Mais une rancoeur subsistait en lui et l’exprima en invoquant le Lapinou suprême ; Pourquoi , implora t’il les miens et moi même soyons en permanence pourchassés , fusillés et transformés en chair à pâtés et que nous ne trouvions notre salut que dans la fuite . « a suivre » CH. Violard

 

 

LIBERTE 13 juin, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:06

Je voudrais te dire en toute liberte
combien tu me plais
Mais tu apparais et m’en empêche timidité
je voudrais l’ecrire en toute liberté
Exprimer de la poésie , la folle beauté
Mais mon impuissance s’y est opposée
Comme les oiseaux , en toute liberté
Je voudrais pouvoir voler
Mais des ailes ne m’ont pas etées attribuées
Et sur le sol , je continue à evoluer
EN TOUTE LIBERTÉ
Charles Violard

 

 

les mahonnais « 4″ 27 mai, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 18:26

Cette maison , comme elle etait chère à notre coeur ! C’etait là qu’etaient nés et s’etaient mariés plusieurs membres de la famille et souvent le rendez-vous d’oncles , frères , soeurs , cousins cousines . Mais , s’acccumulant les decénnies , la maison m’apparait dans une brume lointaine de souvenirs oû ressurgissent parfois en un rapide éclaiir , tels visages , le timbre particulier d’une voix , le centre d’une table où s’accumulaient ces petits pâtés dont nous étions si friands et fabriqués par nos grands-parents : « les fromadjades » , accompagnés de la traditionnelle « soubressade »……….J’evoque ces souvenirs pour rendre hommage à mes gands-parents , des travailleurs dignes , qui malgre les difficultés de la vie à cette epoque , ont perseverés dans leurs tâches quotidiennes , des travailleurs qui connaissaient l’effort à produire pour obtenir le moindre résultat . Ils ne ressemblaient en rien à une certaine image donnée de pieds- noirs excitées et hableurs…….Ceci dit , je ne veux pas entreprendre une polemique , mais exprimer , avec quelle nostalgie et tendresse j’evoque ce temps heureux ……..Fin Ch. Violard

 

1234567
 
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
arsyliv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke
| Le jeux Lyrique