brisedemeaux « 2″

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

une MOTO et trois mobylettes 16 janvier, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 1:08

Et trois demoiselles émoustillées , avec trois paires d’yeux , par la vengeance éclaires , laissant le pauvre Jean se dépatouiller et sortir de l’étang de vase noire , habillé , abandonnant la sublime blanche moto noyée…….Et il y eut Mariette , Ginette et Jeanette juchées sur leurs petaradantes mobylettes , trois amies inséparables , trois coeurs , unies comme trois soeurs…..Sous le grand chêne accueillant , on entendit des rires peu gentils et des rires mêmes mechants provenant de trois demoiselles exitées qui se rememoraient de quelle manière le fier et beau Jean avait étè chatié………….Puis sous le grand chêne acceuillant , peu à peu s’atténua le souvenir hilarant , remplaçé lentement mais insidieusement par des sentiments sensibles au voile du temps ……….Mariette prise de langueur à l’evocation de Jean , ne sentait en son coeur aucun ressentiment , mais que du bonheur ; Ginette fit taire sa virulence et de Jean ne se souvenait que de sa prestance et avec quel panache , il pilotait sa moto blanche et jeanette rougissante et attendrie , gardait au fond d’elle même , cachés, quelques charmants petits secrets………..Et tout allait recommencer…..Mais hélas , Jean ne revint jamais et laissa trois demoiselles éplorées sous la ramure du bon chêne satisfait . Fin Ch. VIOLARD

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

une MOTO et trois mobylettes 15 janvier, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:48

De Jean , l’une voulait l’assommer , la deuxieme avec un pique le transpercer , la troisiéme avec un grand feu le faire griller ; mais le grand chêne acceuillant leur conseilla d’agir plus finement…….La bise soufflant plus fortement aida le grand chêne , en le penchant à donner aux trois furies , entendement , par le clair language de la brise et du vent : Quand apparaitra , leur dit-il , la blanche moto et le forban , laissez-vous poursuivre j’usqu’au bout du sentier , au bord de l’etang , puis arrivées là ; tout pret de l’onde ravie , car bien sur , elle est votre amie , de part et d’autre ,ecartez-vous sur vos bleues et rouges mobylettes , moteurs plein gaz , savez-vous autour de cet endroit plein de vase duquel surgit surgit , invisible un rocher , celui-ci sera votre atout……….Ce qui fut dit fut fait , comme le grand chêne acceuillant l’avait si judicieusement élaborè en pensée , un grand plouf l’avisa , le ravissant , que Jean poursuivant les trois demoiselles imprudemment ,fier comme Artaban ,sur son bolide rugissant , devenu incontrolable , n’avait pu le maîtriser , suite à la traitrise conjuguées du rocher et de la vase pour aller envoyer mesurer la hauteur de l’eau par un forban tout affolé ,piteusementt décontenancé , misérablement mouillé et souillé…….De joie , la brise souffla , le grand chêne fremit , les merles sifflérent , prenants part à la folie et les grenouilles se mirent à crôasser . CH.Violard ( à suivre )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

UNE MOTO DEUX MOBYLETTES +une 14 janvier, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 0:59

Evidemment , avec vigueur , elles maudirent Jean , ce sans foi ni loi , ce forban qui usait abusait ; délaissait sans façon , les naÏves Mariette et leurs illusions .
Et il y eut le retour de Jean , aussi beau que sacripan , sans scrupule , sans remord et conquerant qui fit cabrer sa monture dangereusement autour de Ginette au corps frissonnant , qui ne resista pas à l’appel de l’rngin rugissant……….
Inevitablement , aprés le retour attristant d’une ginette au port peu triomphant , ce fut au tour de Jeanrtte la sage pour qui on eut tout donné, les yeux fermés , en gage , de chevaucher la fougueuse pégase en compagnie de Jean QUI mit plein gaz………….Et sans surprise aucunement , le grand chêne acceuillant , suite à un hiver et un printemps constata de jeanette le retour poignant………ET il y eut Mariette , Ginette , Jeanette , juchées sur leurs pétaradantes mobylettes , trois amies inséparables liées comme trois soeurs……….Puis il y eut un arrêt concerté , sous le grand chêne acceuillant , de Marette , Ginette et Jeanette , humiliées qui de tous leurs désirs appelait le sort à les venger………CH. Violard (à suivre )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

UN MOTO DEUX MOBYLETTES (SUITE) 12 janvier, 2008

Classé dans : Non classé — violard @ 11:30

…..Ginette sur sa bleue mobylette , reprit seule sa cauchemardesque navette sans Mariette . Mais ce faisant , elle croisait la solitaire Jeanette qui souriait , droite sur son rouge velomoteur le sourire de Jeanette se fit engageant , Ginette s’arrêta sous le grand chêne accueillant Jeannette ravie en fit autant….Et il y eut Jeanette et Ginette perchées sur leurs pétaradantes mobylettes , deux amies inséparables , deux soeurs dont à l’unisson battaient les coeurs…..Après quelques lunes passées , Jeanette et Ginette étonnées , croisèrent une bleue mobylette , tristement pilotée par une Mariette en peine qui avait délaissée rire , fierté et port de reine . Faisant fi de toute animosité , Ginette et Jeanette privilegiant l’acte de charité , convièrent Mariette à venir à venir les rejoindre sous la frondaison du grand chêne accueillant. Celle-ci aquiesca le coeur gros , mais reconnaissant……Et il eut Mariette Ginette , Ginette , Jeanette juchées sur leurs pétaradantes mobylette , trois coeurs liées comme trois soeurs .C.Violard (à suivre )

 

 
  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

UNE MOTO DEUX MOBYLETTES

Classé dans : Non classé — violard @ 1:35

Il y avait Mariette ; il y avait Ginette , juchées sur leurs petaradantes mobylettes , deux amies inseparables deux coeurs , liées comme deux soeurs…..Il y avait aussi Jean aussi beau que mecreant , qui juché sur sa blanche moto , par une vitesse fortissimo , cherchait à se faire remarquer par Mariette et Ginette . Jean en chasseur avisé jeta son dévolu sur Mariette , domptant en main de maître son cheval d’acier audacieusement cabré , virevoltant autour de la pauvrette , tourneboulée……laissant là Ginette et sa bleue mobylette morfondue et chagrinée , la pauvrette , Mariette suivit Jean sur sa blanche moto , abandonnant son amie désesperée….(à suivre ) Ch. Violard

 

 
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
arsyliv |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke
| Le jeux Lyrique